Articles

La recherche biographique en éducation en France

 

 

Article paru dans la revue "Revista Brasileira de Pesquisa (Auto)biográfica" - v. 3, n. 9 (2018)

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Résumé
La présente contribution se donne pour objet d’éclairer les enjeux actuels de la recherche biographique en éducation, tels du moins qu’ils peuvent être approchés depuis le point de vue européen, et plus particulièrement francophone, qui est celui de l’auteure de cet article. Le lecteur brésilien y reconnaîtra cependant des thématiques et des problématiques qui traversent également la réflexion et les travaux menés dans ce sens au Brésil et en Amérique latine. Définir les enjeux de la recherche biographique en éducation, c’est d’abord resituer celle-ci dans ses origines et son développement avant d’examiner les orientations et les territoires qui peuvent être les siens en fonction de ce qu’elle entend sous la notion d’éducation.

RESISTANCE AU RECIT , RECIT DE RESISTANCE ...

 

Titre complet : RESISTANCE AU RECIT , RECIT DE RESISTANCE - L’ ACCOMPAGNEMENT AU RECIT DE VIE EN SITUATION EXTREME

 

 

Article paru dans Revista Diàlogos Possíveis (Juventudes, violêcias e vida na cidade). Faculdade Social da Bahia-Brésil

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Résumé
Quelles sont les conditions de possibilité et quels sont les enjeux du « récit de la vie » dans les situations extrêmes de souffrance physique, psychique ou morale ? Pour les hommes et les femmes blessés par la vie et par le monde, en quoi le récit peut-il être un lieu de résistance et de reconstruction de soi et du monde autour de soi ? Interrogeant les contextes sociétaux et les dimensions tant personnelles que sociales et politiques de la parole biographique, la contribution se donne pour objet d’examiner les effets de reliance du récit en situation extrême et les conditions de son accompagnement.

DE QUEL SAVOIR LA RECHERCHE BIOGRAPHIQUE EN ÉDUCATION EST-ELLE LE NOM ?

 

 

Article paru dans Le sujet dans la cité 2017/1 (Actuels N° 6), p. 9-22 - 2017

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

En rapprochant transductivement ces deux citations de René Lourau - dont la première questionne la nature de l’activité de recherche (acte qui comporte toujours son manque ?) et dont la seconde résout dans le surréalisme de l’écriture l’aporie des causes premières (l’oeuf ou la poule ?) - nous ne prétendons pas avoir trouvé l’oeuf de Colomb d’une oeuvre qui attend encore ses lecteurs, mais nous souhaitons indiquer ce qui en constitue pour nous un des germes de développement majeurs : l’interrogation qu’elle porte conjointement sur l’acte de recherche et sur les formes (logiques, scripturales) dans lesquelles il se constitue et se fait connaître. Il nous semble que, de façon de plus en plus affirmée avec le temps, les travaux de René Lourau, se présentent comme une poiétique de la recherche, c’est-à-dire comme une théorie de la recherche considérée en tant qu’acte de création. Il nous semble également que, de façon concomitante, ses écrits, en accord avec la poiétique qu’ils exposent, tendent à (tentent de) restituer dans le travail de l’écriture le vif des opérations et des mises en forme qu’ils interrogent et qu’ils décrivent. De sorte que, d’une manière très pongienne, l’oeuvre de René Lourau forme, dans le même temps et dans le même acte, une oeuvre de recherche et une oeuvre d’écriture. On ne s’étonnera pas dès lors des difficultés de lecture qu’elle suscite et, à proprement parler, du scandale qu’elle constitue...

La recherche biographique ou la construction partagée d’un savoir du singulier

 

 

Article paru dans Revista Brasileira de Pesquisa (Auto)Biográfica – RBPAB, n°1, 2016.

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Si les questions d’épistémologie et de méthodologie sont au cœur des débats et des échanges dans le champ de la recherche biographique, c’est que nous n’en avons pas fini d’interroger ce qui fonde le projet et la démarche de cette recherche, d’en identifier la spécificité et donc l’autonomie par rapport à d’autres courants des sciences humaines et sociales. Et il ne s’agit pas tant de « se distinguer » que de mieux cerner ce qui est constitutif de notre courant de recherche, de mieux nous représenter à nous-mêmes les objets de connaissance qui sont les nôtres, les notions que nous utilisons, les démarches que nous mettons en œuvre.

Ces questions d’épistémologie et de méthode, je me propose encore une fois d’y revenir, de les « remettre sur le chantier » à partir de deux questions dont la simplicité de formulation n’occultera pas le caractère massif : À quel savoir prétend la recherche biographique ? Et : Comment la recherche biographique construit-elle ce savoir ?

Disons-le également dès cette introduction : peut-être les éléments de réponse que nous donnerons à ces questions nous amèneront-ils à lever une certaine imprécision dans l’usage et dans l’articulation que nous faisons entre recherche biographique et recherche biographique en éducation...

LA RECHERCHE BIOGRAPHIQUE : QUEL(S) REGARD(S) SUR LES ÉPREUVES ...

 

Titre complet : LA RECHERCHE BIOGRAPHIQUE : QUEL(S) REGARD(S) SUR LES ÉPREUVES IDENTITAIRES D’AUJOURD’HUI ?

 

 

Article paru dans Nouvelle revue de psychosociologie 2016/2 (N° 22), p. 157-168.

 

Entretien avec Christine Delory-Momberger, par Brigitte Almudever et Raymond Dupuy

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Brigitte Almudever : Dans le cadre de ce numéro de la NRP consacré au « sujet pluriel », la question de la construction de soi à l’intersection de différents domaines et temps de vie rencontre, inéluctablement, celle du biographique. Et c’est ce « biographique », à la fois objet de recherche dont vous êtes une spécialiste et « condition » du sujet contemporain, à laquelle vous avez consacré l’un de vos ouvrages (La condition biographique, 2009), dont nous souhaitons nous entretenir avec vous aujourd’hui. Vous êtes la présidente du Collège international de recherche biographique en éducation (CIRBE) : pouvez-vous, pour commencer, nous parler du projet scientifique de ce Collège et, plus largement, des objectifs et orientations actuelles de la recherche biographique ?

Christine Delory-Momberger : L’objet du CIRBE – qui réunit à sa fondation en 2014 six ...

L'épreuve de la maladie : un toucher de l’exister

 

 

Article paru Revista FAAEBA Educação e Contemporaneidade, 46 « Educação e Saude, UNEB Salvador de Bahia, 2016.

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Toujours la maladie survient, comme à l’improviste ; elle n’arrive pas, elle ne se glisse pas, même si ses prémices sont insidieuses, imprécises, larvées ou déniées, elle se déclare et, tout d’un coup, elle est là. C’est le médecin qui l’annonce, la radiographie ou autres examens médicaux qui le prouvent. Et la vie bascule. Cela peut être aussi un accident, grave, aux conséquences encore incertaines, ou moins lourd mais qui va handicaper le quotidien pendant un temps encore indéfini. C’est une béance qui s’ouvre, un vide qu’il va falloir combler, une errance dans le sens d’une vie qui veut être retrouvé. On s’accroche, se rassure, s’inquiète, s’effraie, on espère, on ne se résigne pas. On veut croire que ce ne sera qu’un passage, une zone blanche dans le flux d’une activité qui remplit les journées, les sature, les surcharge et dont on voudra parfois s’échapper. Et la maladie, le handicap sont là et tout est bousculé. On se retrouve dans un « hors de » dont on n’a que faire, qui n’est plus « soi », on veut reprendre le fil des jours qui, pour certains d’entre nous, semblait encore infernal hier, on veut être à nouveau « dedans », on ne veut pas être discarté de ce qu’on nomme « sa vie »....

L’école et la figure de l’altérité ...

 

Titre complet : L’école et la figure de l’altérité : Peut-on penser et enseigner la diversité dans notre école ?

 

Article paru dans Éducation et socialisation - Les Cahiers du CERFEE - 37 | 2015

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Résumé
Avec la trans-modernité liquide, l’École, institution de la modernité, oscille entre pluralisation des normes et affermissement des discours et modes d’emprise. L’École en tant qu’« institution imaginaire de la société» est affectée par un changement de paradigme sociétal qui en questionne le sens : dans notre imaginaire collectif, la question ethnique, très peu pensée dans le cadre français, fait aujourd’hui effraction. La question de la diversité est la pierre d’achoppement du système éducatif français. A l’École, l’Autre doit devenir le Même. Défi pédagogique, la diversité ou la pluralité culturelle représente pour chaque « apprenant » un défi biographique, défi qui ne peut être soutenu que dans un cadre collectif et qui a des implications directement politiques. En quoi l’école en tant qu’institution et vectrice de savoirs est-elle outil de domination ou d’émancipation individuelle et collective ?

LE JOURNAL D’INVESTIGATION DANS L’INTERVENTION SOCIALE

 

 

Actes Paru dans Le sujet dans la cité 2013/1 (Actuels n° 2), p. 110-126

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le journal d’investigation, compris ici comme un outil d’exploration accompagnant le stagiaire tout au long de sa formation, représente un dispositif d’écriture propre à faire trace des différentes séquences expérientielles du parcours de formation (cours et lectures, situations professionnelles, terrain de recherche, vie quotidienne, etc.), consignées selon une fréquence régulière. Le journal d’investigation enregistre et fait agir subjectivement les aspects et les niveaux apparemment hétérogènes de l’expérience formative.

À partir de la pratique des stagiaires de la RAQ et de leurs témoignages, nous tenterons de montrer comment l’écriture du journal peut constituer un outil heuristique d’accompagnement du processus de formation et de recherche, en quoi les lectures récursives du journal peuvent contribuer à aider les stagiaires à analyser leurs expériences formatives et à construire réflexivement le parcours de formation, en en dégageant les implications personnelles et les questionnements professionnels.

Le journal d’investigation nous apparaît également comme une étape propédeutique et un entraînement à la pratique du journal d’investigation professionnel permettant aux stagiaires d’en faire un outil pertinent dans leur pratique professionnelle, plus particulièrement ici dans le domaine de l’intervention sociale. Nous essaierons de faire apparaître le glissement qui peut être opéré de la tenue d’un journal d’investigation en formation à celle d’un journal d’investigation en milieu professionnel...

LE BIOGRAPHIQUE : QUEL ESPACE DE RECHERCHE DANS LES SCIENCES DE L’EDUCATION ?

 

 

Actes du congrès de l’Actualité de la recherche en éducation et en formation (AREF), Université de Genève, septembre 2010

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Résumé

Dans les espaces institués de l’éducation, la recherche biographique se donne pour objet d’interroger, en la sortant de son cadre d’évidence, la dimension biographique de l’apprentissage et de la formation. Elle vise en particulier à explorer la manière dont les individus, jeunes ou adultes, rencontrent les institutions, les programmations, les objets de l’apprentissage, dont ils font signifier leurs expériences de l’école et de la formation dans leurs constructions biographiques individuelles, dans leurs relations aux autres et au monde social. Parmi les perspectives de recherche présentées, on pourra distinguer entre des pratiques d’intervention, engageant des formes de travail sur et avec autrui (démarches de formation, processus d’enseignement-apprentissage) et des travaux d’investigation qui, à partir de notions comme celles de « monde de l’école », de « construction biographique de l’apprentissage », de « carrière et d’identité d’apprenant » peuvent venir contribuer à la constitution d’un espace de recherche du biographique en éducation.

ESPACES ET FIGURES DE LA RITUALISATION SCOLAIRE

 

 

Article paru dans « Espaces et figures de la ritualisation scolaire », Hermès, La Revue 2005/3 (n° 43), p. 79-85.

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 L’école remplit les fonctions sociales qui lui sont assignées (intégration, qualification, sélection) à travers des procédures de ritualisation, c’est-à-dire à travers des dispositifs scéniques qui ont pour particularité d’accomplir, dans le geste même de leur représentation, les actes d’instruction et d’éducation qui constituent l’objet spécifique de l’institution scolaire. Les mises en œuvre et les pratiques qui résultent des modes d’organisation et d’action de l’école empruntent en effet à l’agir rituel leur double caractère : elles mettent en scène, selon des protocoles reconnus et partagés, les gestes et les signes de l’enseignement-apprentissage, elles réalisent performativement ce qu’elles donnent en représentation.

Le propos de cet article est de mettre en regard les formes de la ritualisation scolaire et les constructions biographiques spécifiques dont est porteuse l’institution scolaire. À l’égal de tous les milieux et environnements sociaux, l’école produit des figures statutaires et des parcours curriculaires ritualisés qui prennent la forme de standards biographiques ou de biographies typiques s’imposant à ses usagers. La figure de l’élève est la plus prégnante de ces constructions rituelles de l’école : en même temps qu’elle désigne une position et une fonction dans l’institution, elle établit une injonction biographique particulière, qui entre en confrontation avec les figures de soi et l’expérience biographique des individus-élèves....

Travail biographique, construction de soi et formation

 

  Article paru dans "L'orientation scolaire et professionnelle" - Numéro 33/4 (2004)
   

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Comment les individus adultes reçoivent-ils les injonctions de formation, formelle et informelle, dont sont porteurs les mondes sociaux auxquels ils participent ? Comment intègrent-ils dans leurs représentations d’eux- mêmes et du cours de leur existence les nécessités de (ré)orientation et de formation auxquelles les soumettent les aléas de leur vie professionnelle, l’évolution de leur carrière ou les ruptures de leur parcours ? À quels processus de construction de soi, à quel travail biographique recourent-ils pour s’approprier les épisodes de formation que les formes contemporaines de la vie sociale et les mutations de l’organisation du travail et du marché contribuent à déployer et à multiplier tout au long de la vie adulte ?.....

Biographie, socialisation, formation

 

Titre complet : Biographie, socialisation, formation - Comment les individus deviennent-ils des individus ?

   
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx  Article paru dans "L'orientation scolaire et professionnelle" - Numéro 33/4 (2004)
   
  En tant qu’ensemble construit des représentations que l’individu se fait de sa propre vie et de son histoire, la biographie est ainsi devenue une composante et un horizon du champ de la formation. Comment les individus, jeunes et adultes, intègrent-ils, dans leurs représentations d’eux-mêmes et de leur existence, les expériences d’apprentissage et de formation qu’ils connaissent aux différents âges de leur vie ? À quelles formes de travail biographique recourent-ils pour s’approprier les épisodes de formation que les formes contemporaines de la vie sociale contribuent à déployer tout au long de la vie ? Pour saisir la relation constitutive entre biographie et formation et échapper aux allant-de-soi auxquels elle prête trop facilement, on ne peut faire l’économie d’une réflexion sur ce qui constitue l’espace du biographique, sur les formes d’activité et d’opérativité auxquelles il correspond, sur le rôle qu’il joue dans les processus d’individuation et de socialisation....

Une poiétique de la recherche

 

 

Article paru dans Pratiques de formation-analyses n°40 (René Lourau : Analyse institutionnelle et
Éducation), Paris 8, 53-63 - janvier 2000

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

En rapprochant transductivement ces deux citations de René Lourau - dont la première questionne la nature de l’activité de recherche (acte qui comporte toujours son manque ?) et dont la seconde résout dans le surréalisme de l’écriture l’aporie des causes premières (l’oeuf ou la poule ?) - nous ne prétendons pas avoir trouvé l’oeuf de Colomb d’une oeuvre qui attend encore ses lecteurs, mais nous souhaitons indiquer ce qui en constitue pour nous un des germes de développement majeurs : l’interrogation qu’elle porte conjointement sur l’acte de recherche et sur les formes (logiques, scripturales) dans lesquelles il se constitue et se fait connaître. Il nous semble que, de façon de plus en plus affirmée avec le temps, les travaux de René Lourau, se présentent comme une poiétique de la recherche, c’est-à-dire comme une théorie de la recherche considérée en tant qu’acte de création. Il nous semble également que, de façon concomitante, ses écrits, en accord avec la poiétique qu’ils exposent, tendent à (tentent de) restituer dans le travail de l’écriture le vif des opérations et des mises en forme qu’ils interrogent et qu’ils décrivent. De sorte que, d’une manière très pongienne, l’oeuvre de René Lourau forme, dans le même temps et dans le même acte, une oeuvre de recherche et une oeuvre d’écriture. On ne s’étonnera pas dès lors des difficultés de lecture qu’elle suscite et, à proprement parler, du scandale qu’elle constitue...