Chapitres de livres

Parcours de vie, transitions et apprentissage biographique

 

Extrait de Christine Delory-Momberger (2014). De la recherche biographique. Fondements, méthodes, pratiques (p. 129-145). Paris : Téraèdre.

La question qui constitue le point de départ de mon exposé peut être formulé de manière simple : Comment apprend-on dans la vie ? Et elle renvoie à une idée très ancienne, que l'on trouve exprimée aussi bien par la sagesse populaire que par de nombreux courants de la philosophie et de la morale dès l'antiquité : on apprend dans la vie, la vie est une école, la vie est un apprentissage...

La recherche biographique,Projet épistémologique et perspectives méthodologiques

 

Chapitre extrait de : Christine Delory-Momberger (2014). De la recherche biographique en éducation. Fondements, méthodes, pratiques (p. 73-94). Paris : Téraèdre.

Conférence prononcée le 19 octobre 2009 dans le cadre du cinquième Congrès international de la recherche (auto)biographique (CIPA V), Porto Alegre (Brésil), 16-19 octobre 2009.

Texte publié en portugais : "A pesquisa biografica : projeto epistemologico e perspectivas metodogicas".

 

 

LES USAGES SOCIOLOGIQUES DE L’HISTOIRE DE VIE : L’ECOLE DE CHICAGO ET SA ....

 

Texte complet : LES USAGES SOCIOLOGIQUES DE L’HISTOIRE DE VIE : L’ECOLE DE CHICAGO ET SA POSTERITE AMERICAINE

Extrait de Christine Delory-Momberger, Les histoires de vie. De l’invention de soi au projet de formation, Anthropos, 2004, p. 171-206.

Petite ville d’étape de quelques centaines d’habitants sur la route de l’Ouest en 1830, Chicago est en 1890 la deuxième ville des Etats-Unis avec 1 100 000 habitants et va presque doubler ce chiffre en vingt ans puisque sa population atteint en 1910 les 2 000 000 d’habitants. C’est dire l’extraordinaire expansion de cette métropole qui répond à la fois à l’accroissement démographique général des Etats-Unis (de 31 millions d’habitants en 1860 à 100 millions à la veille de la première Guerre mondiale) et à l’urbanisation massive de la population (sur la même période, la proportion de la population urbaine passe de 20% à 50%). Cette croissance urbaine galopante s’explique par l’industrialisation qui a fait en un demi-siècle d’un pays essentiellement rural la première puissance industrielle du monde et par les flux migratoires extrêmement importants qui l’accompagnent (22 millions d’immigrants de 1860 à 1914)….

Ecole, savoir et figure de soi

 

Extrait de Christine Delory-Momberger, Biographe et éducation. Figures de l’individu-projet, Paris, Anthropos, 2003, pp. 93-128 - Chapitre V.

L’école représente, pour chaque génération, une période de dix à quinze années qui, pour beaucoup, se prolongent dans des études universitaires. Dans la vie de l’individu, l’école accompagne les expériences successives d’âges aussi différents que l’enfance, la première adolescence, la grande adolescence, et pour certains la jeune maturité. Parmi toutes les périodes de la vie et parmi tous les espaces sociaux, le temps et le lieu de l’école se distinguent par une double spécificité : jamais au cours de sa vie, l’individu ne subit autant de transformations physiques et psychiques, dont chacune représente à des degrés divers des chocs biographiques. Et jamais plus, au cours de sa vie, il ne lui sera demandé d’initier des apprentissages aussi divers et de s’approprier des savoirs aussi nombreux. Enfin, en tant que premier espace de socialisation secondaire, l’école représente une des principales mises à l’épreuve du monde social et culturel originel et du système de représentations dont il est porteur. La conjonction, dans le temps et dans l’espace de l’école, de la formation physique, psychique, intellectuelle, mais aussi relationnelle et sociale, fait de l’école un creuset d’expériences dans la construction de la biographie personnelle et des représentations qui l’accompagnent ...